Tioman Island, l'île de la pluie.

Publié le par Kehan

Vous pouvez d'ores et déjà accéder à la nouvelle version de mon blog en cliquant ici !!

Amis lecteurs, me revoila en service. Suite à quelques problèmes internet je n'ai pas eu accès à over-blog pendant la fin de mon année. Ce qui veut dire... (je vois déjà un sourire béat naitre sur votre visage incrédule) ce qui veut dire que ces prochains jours ça va être des articles triple épaisseurs matin, midi et soir, ça va suinter la nouvelle paperasse, ça va dégouliner l'article baclé. J'ai un paquet de trames narratives en stand-by au fond de mes neurones alors si vous pouvez tout lire sans avoir des moments d'inconscience, des nausées ou des crises d'épilepsie c'est que vous pouvez mater une éclipse (ou un dessin animé japonais) sans lunettes protectrices.

Donc nous étions en Malaisie aux dernières nouvelles. On s'est dit que quite à se pointer dans un pays comme ça il fallait bien se faire une ptite plage de sable fin. Lonely Planet, plouf plouf, c'est là qu'on ira et c'est parti. Tioman une petite île sur la côte est de la Malaisie, sable fin, forêt vierge et hippies. Le genre qui présente bien sur le CV d'un surfeur.
Tout d'abord le trajet fut une sacrée tranche de rigolade. En descendant du bus on apprend vite qu'on est pas du tout dans la ville désirée, il faut prendre le bus pendant environ 2 heures pour se rendre à Johor Bahru puis prendre un autre bus vers Mersing. Chouette, me dis-je, Johor c'est la deuxième ville de Malaisie, ça doit envoyer ! Une grosse ville, de grands buildings, une ambiance du tonerre, des rues saturées de malais... Non... Johor c'est grand comme Auxerre, on se croirait dans une banlieue lilloise, y'a que des troncons d'autoroute et trois pauvres pelés qui essayent de traverser sans se faire ecraser par l'unique voiture qui passe dans la journée. Deux heures à attendre le bus, pas facile mais j'endure, on bouffe des hamburgers aux oeufs et on boit du coca tiede.
Une fois le coca bien digéré je me met à chercher les toilettes. Coup d'oeil à droite, coup d'oeil à gauche. Tiens ! Deux portes, une avec un visage d'homme dessus et une avec un visage de femme voilée dessus. Sympa la fantaisie sur la porte des chiottes. Bon c'est parti, je vais taper mon pipi. En entrant je remarque une sorte d'urinoire sur la droite. J'avais encore jamais vu un modèle comme celui là. J'ouvre ma braguette quand je remarque une autre pièce juste à coté, je m'aventure à jeter un oeil et je vois un lieu tout plein de tapis avec trois mecs en train de prier. Je me sens soudainement super gêné. Coup de bol, personne n'a remarqué ma présence. Je prend mes jambes à mon cou. Heureusement que j'ai remarqué la seconde pièce assez vite parce qu'à 10 secondes près j'aurai pissé dans une salle de prière musulmane...

Finalement le bus arrive et on débarque à Mersing vers 22h. Bon, il faut pas se leurrer on est parti pour passer la nuit au bled. On choppe un hotel pourrave, un ticket de bateau pour le lendemain matin et on passe une bonne nuit réparatrice.
Le lendemain c'est le voyage en bateau. Plutôt folklo la traversée. Le bateau bouge dans tous les sens. Les sacs à vomi se remplissent les uns après les autres. Je fini sur le toit à me prendre pour un pirate dans un décor où y'en a plus d'un qui sont passés.





Arrivée sur Tioman Island, on se prend un bungalow et on fait le tour de l'île. C'est très beau mais moi qui me voyais déjà faire le guignol dans la jungle je suis drolement désapointé. Ici, la forêt est du genre naturelle. On croise des singes, de gros varans qui font un bon mètre d'un bout à l'autre et de gigantesques chauves souris. Si il n'y avait que ça, mais impossible de faire trois pas la dedans, même avec une machette... à la limite une débroussailleuse aurait pu faire l'affaire mais j'ai laissé la mienne à Chengdu.



Une île de rêve c'est bien sympa mais quand y'a rien à foutre, y'a rien à foutre. On rigole bien mais quand le moment est venu de faire des connaissances, on rigole beaucoup moins. Et quand on a de la pluie pendant 48 heures on ne rigole plus du tout. Finalement le deuxième soir David et moi décrétons que nous ne passerons pas une journée de plus ici. Oliver préfère rester quelques jours de plus au calme. Personnelement il en va de ma santé mentale. Y'a des fois où je me dis que je suis quand même un gros citadin de base.


La suite au prochain épisode. Sur ce je vous laisse sur quelques photos de notre lieu de résidence et du dernier coucher de soleil sur Tioman Island, l'île de la pluie.







Publié dans Voyage

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Thérence 21/04/2009 20:32

C'est vraiment très jolieThérence

Quentin 19/05/2008 19:25

Ahah ! Ne dis pas de mal de Chengdu et de son floue artistique (ou sa brume c'est comme on veux).Et puis salut Chris. Merci de tes encouragements. Ca fait super plaisir de reçevoir un message comme ça. Je sais pas si vous êtes des milliers mais un commentaire ça fait déjà drolement chaud au coeur. Alors si vous aussi vous lisez assidument mon blog, n'hésitez pas à laisser des commentaires. Au 10000ème je met une photo de moi tout nu c'est promis.Dsl de répondre aussi tard et de ne plus pondre d'articles mais les exams ça laisse pas beaucoups de temps. Si tu veux tu peux me laisser ton adresse mail, j'envoie un message à toute ma liste de contacts pour chaque nouvel article. Ca t'évitera de te réveiller à 3h du mat pour voir si j'ai pas écrit quelque chose de nouveau :-)

Chris 09/05/2008 14:26

Ca fais plusieurs mois que je parcours ton blog et c'est le 1er commentaire que je poste=> honte a moi... aujourdui je me suis senti obliger de te féliciter pr la facon dt tu ns relates tes aventures en chine, avec humour et tt, c'est vraiment géniale! et puis dont worry, je suis sur qu'il y'a des milliers d'autres egoistes comme moi qui suivent ton blog regulierement sans jamais poster le moindre petit comm^^ Dc bonne contiuation et surtout t'arretes pas!

Le génie des alpages 10/04/2008 16:15

Putaiiiiiiiin c'est vachement beau ! En plus on rencontre personne et il pleut tout le temps... le rêve pour moi ! Mais pourquoi n'y est-on pas allé, c'est âchement plus chié que Chengdu ;-)