Les dévédés de chez Confucius.

Publié le par Kehan

Vous pouvez d'ores et déjà accéder à la nouvelle version de mon blog en cliquant ici !!

Bon aujourd'hui je vais vous parler de l'occupation préférée de moultes aventuriers quand ils partent à l'autre bout du monde : rester affalé sur le canapé en machouillant des chips à la crevette, le regard aussi vif que celui d'une vache sous alimentée planté sur un téléviseur de marque TCL diffusant une bonne grosse daube étasunienne de manière à ne pas se faire trop mal à la tête avec de complexes sous-titres anglophones.




Et donc, au pays du milieu ça rigole pas avec le dévédé, on peut en acheter partout pour une somme modique (comptez 40 centimes à l'unité). Les marchands de dévédés sont partout. Dans la rue c'est l'aggression permanente pour vendre les dévédés qui sont toujours mieux que ceux du voisin : on vous alpague, on vous tourmente, on vous hurle une fade harangue à l'oreille tout en plaçant la jaquette dudit film à 2 centimètre de votre rétine. Bref, la méthode de vente est bien là mais la qualité c'est autre chose.

Pour commencer le sous-titrage (ou seubtaïteule) :

Voici quelques exemples de seubataïteules  outageusement empreintés à ce chef-d'oeuvre qu'est Transformers. Cela mérites quelques petites explications techniques pour lesquelles le master de la translation que je suis va vous éblouir de sa science.



Donc, en chinois y'a des mots qui servent à tout. Notamment le mot "开" signifiant, allumer, démarrer, conduire, ouvrir, s'écarter et même faire bouillir de l'eau. Ouais c'est peu arrachage de cheuveux le chinois par moment. Le "drive" a donc été traduit en "open". Comme on le voit ici le seubtaïteule à été honteusement passé au traducteur automatique chinois/anglais.



Ici c'est le nom du charismatique héros Sam Ouaïe (ou quelque chose dans ce gout là), qui a été transformé littéralement du chinois à la transcription alphabétique. Je regrette au passage de ne plus avoir le film "28 semaines plus tard" ou les héros s'appelaient tous deux "Song Dynasty" et "Field of Serenity". Normalement les anglophone ne vont rien biter à cette altercation. Je pense même que quelque soit la langue parlé par le lecteur personne ne pourrais donner une interprétation tangible à cette succession de mots.

Maintenant la jaquette des dévédés :
Si on oublie les innombrables fautes d'orthographe. On remarque quand même des petits détails bien todant. Voici par exemple la phrase d'accroche du film Borsalino avec notre Alain Deloin national.





































Vous voyez la petites mention en haut "un joyeux cocktail de gags en tous genres". A titre d'exemple Borsalino c'est à peu près aussi marrant que le génocide arménien.

Le ciné-club du vendredi soir :
Et puis comme on s'ennuyait un peu on a décidé de monter un club de cinéphile à Chengdu. Chaque vendredi soir nous nous réunissons dans une ambiance studieuse afin d'observer d'un oeil  expert un vrai grand film avec des acteurs prestigieux et un scénario à faire péter les plombages d'un aveugle. Le dernier en date c'était "Cyborg" avec notre JCVD national. Mais il nous reste encore deux de ces petites merveilles à savourer avec modération dans les prochaines semaines : "Flight of Fury" et "Half Past Dead" avec Monsieur Seagal. Et le plus souvent nos soirée cinéphiles finissent à se jeter quelques bières en causant des différentes idées et problèmes sociaux soulevés par ces films.


Publié dans Vie quotidienne

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Charles 19/11/2007 22:02

Tu n\\\'as pas montré les jaquettes truqués, genre l\\\'affice de Vendetta, réalisé par tim burton avec keanu reeves et david hasselholf ...

take care

瑟 07/11/2007 09:35

嘿,可汗
还记得我吗,我是周瑾,couchsurfing. 呵呵,博客挺不错的,虽然对我来说,还是有点难。坐火车那篇好有意思
你在西南交大(老校区)读书对吧,我最近可能会去那儿一趟。
博客很不错,继续加油哦

Quentin 06/11/2007 10:20

Mdr pour ton exemple. Ca m'est encore jamais arrivé de tomber sur ce genre de bijoux. La bande-son d'un Steven Seagal sur les images d'un film gore. Le délire.

Raph 06/11/2007 06:32

Tres bon cet article!
Toutes fois, tu aurais pu rajouter une sous partie au chapitre des sous titres: les sous titres correspondent parfois a un autre film. L'annee derniere j'ai achete la Passion du Christ (ne me demande pas pourquoi), la toute premiere phrase etait quelque chose du style:  "Il me doit 1 million de dollars, il me faut un flingue". Tu m'etonnes que ca ait mal finit pour lui...
A bientot mon poto